ACCUEIL

 ABOUT US

 INFOS

 NEWSLETTER

Bâti par  Victor Bourgeois pour son ami le sculpteur Oscar Jespers en 1928, l’atelier fonctionnera jusqu’à la mort de celui-ci en 1970

Cet espace de plus de 400 m2 fut à la fin des années 20 un haut lieu de rencontre de l’avant-garde artistique Européenne.

ÉVÉNEMENT À VENIR

exhibition during

 

 

Disproportions

 

by Pierre-Laurent Cassière

19/04 : De 11:00 à 17:00

20/04 : De 11:00 à 17:00

21/04:  De 11:00 à 18:00

22/04:  De 11:00 à 22:00

23/04:  De 11:00 à 18:00

24/04 au 21/05 : Uniquement sur RDV

Pierre-Laurent Cassière est un artiste français né en 1982. Après des études à la Villa Arson, École Nationale Supérieure d'Art de Nice, et un séjour à l'Academy of the Arts de  Reykjavik,  en  Islande,  il  obtient  son  DNSEP  en  2005.  Étudiant  invité  du  département  Théorie  des  Médias  de l'Académie  d'Art  et  Médias (KHM)  de  Cologne l’année suivante, il obtient en parallèle un DEA interuniversitaire en Art actuel entre les universités  de  Liège  et  Bruxelles.  Son  mémoire  porte  alors  sur  l’usage  des  effets acoustiques dans les pratiques artistiques contemporaines. Depuis 2006, ses œuvres ont été présentées dans des institutions telles que le LACE, Los Angeles (US), le Hong Kong Arts Centre (HK), le SMAK, Gand (BE), le Palais de Tokyo et le Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, le TENT, Rotterdam (NL), le Palais  Thurn  &  Taxis,  Bregenz  (AUT),  le  Paco  das  Artes,  São  Paulo  (BR),  le Kunstverein  de  Stuttgart  (DE),  ou  encore  l'OCT  Art  &  Design  Gallery,  Shanghai  et Shenzen   (CN).   Il   participe   également   de   manière   régulière   à des   festivals internationaux d’art médiatique, de cinéma expérimental ou d’art sonore.

À travers la présentation de phénomènes contemplatifs et d’expériences perceptives liées  au  mouvement,  le  travail  de  Pierre-Laurent  Cassière  oscille  entre différentes  catégories  plastiques,  de  la  sculpture  cinétique  au  cinéma  élargi,  en passant par la performance, la photographie, la vidéo ou l’installation sonore. Si d’un projet  à  l’autre  le  vocabulaire  de  formes  est  variable,  le  minimalisme  demeure  une approche commune à tous les travaux, tant dans la simplicité formelle que dans la déconstruction analytique des structures et des matériaux employés. Intégrant souvent aux  dispositifs  des  éléments  fragiles  ou  immatériels,  il  conçoit  des  paradoxes perceptifs se réalisant dans l’espace physique.

Loin  des  problématiques  figuratives, il s’appuie sur des théories et des processus récurrents à travers l’histoire de l’art et des sciences. L’usage fréquent de principes comme le synchronisme, la transduction, l’émergence, le bruit ou le hasard, révèle des affinités avec les enjeux esthétiques des mouvements artistiques des années 60 et 70 comme Fluxus, l’art minimal et conceptuel ou le cinéma structurel, autant que l’influence des découvertes scientifiques du XIX° siècle dans les domaines de l’optique, de l’acoustique et de la physiologie. Cependant, ces références sont toujours analysées d’un point de vue  contemporain, explicitement  conscient  d’une dite « révolution numérique » et de ses conséquences sur l’appréhension sensible de notre environnement.

Avec  une  distance  critique, induite par une approche archéologique des médias, il détourne des techniques audiovisuelles issues de différentes époques, et tente de créer des dispositifs  d’attention mêlant poétiques d’interprétation et plaisirs perceptifs dans des constructions formelles simples et radicales.

NEWS

Nous avons le plaisir de participer à première édition du BANAD festival. Visites guidées organisées par le BANAD le 25 & 26/03 sur réservation uniquement -  infos sur  www.banad.brussels

© Atelier Jespers - Erfprinslaan 149 Avenue du Prince Héritier -  Brussel 1200 Bruxelles

Contact : Jean-Francois Declercq +32 475 64 95 81- Elsa Sarfati +33 6 10 84 27 48  - jf@atelierjespers.com